• 60 milliards d'euros

     

                                              Article mis à jour le 11 mars 2007

     

    Chers amis, il est question dans ce petit article des aides financières et publiques accordées aux entreprises dans notre pays. Un domaine parfaitement inconnu de la comptabilité publique. En 2003, un rapport du commissariat au plan estima que « le dispositif d'aides publiques aux entreprises se caractérise en France par une méconnaissance des aides distribuées aux niveaux national, régional et local » . A l'époque, rien que pour les aides de l'Etat, le rapport estima leur montant à 15 milliards d'euros pour l'année 2001, soit 1% du PIB, sans compter donc, les collectivités territoriales savoir : la région, le département et la commune. Le même rapport nota par ailleurs « que le système d'aides français bénéficie largement aux grands groupes au détriment des petites et moyennes entreprises » .. Cela on s'en doutait...

    Mais il y a plus préoccupant. En 2005, lors de la fameuse affaire Hewlett-Packard, Le Premier ministre chargea le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) - un organisme composé de 50 élus crée pour la circonstance - de rendre une étude "d'évaluation de l'utilisation et l'efficacité des aides publiques accordées aux entreprises". Comme lors du précédent rapport, le COE conclût que « les aides aux entreprises constituent aujourd'hui un champ vaste, mal connu et peu évalué », il déplora « qu'il n'existe à ce jour aucun recensement exhaustif des aides publiques attribuées en France » . Reprenant le premier rapport pour y inclure les aides des collectivités territoriales et autres obscurs organismes publics, le COE estima le montant des aides à 3,5% du PIB soit, tenez-vous bien, 60 milliards d'euros par an !  Il s'agit là des aides directes et indirectes telles que les allègements fiscaux où, là aussi, il n'existe aucune étude ou rapport de synthèse laissant la porte ouverte à toutes sortes de spéculation. ... bref ... l'opacité du montant des aides publiques est une constante sauf un commencement de chiffre officiel qui donne le vertige : 60milliards d''euro !

    60 milliards d'euros représentent une masse budgétaire qui n'est pas de dimension ordinaire. Pour en évaluer l'importance, il convient de la comparer à d'autres budgets. Par exemple, celui de la défense (32 milliards d'euros en 2005) , celui de la Justice (5 milliards), 13 milliards pour l'intérieur, 6 milliards pour le logement, et 56 milliards pour le budget de l'Education nationale, c'est à dire le poste le plus important de tous les ministères. Je n'aurai pas l'impudeur de prétendre que les entreprises reçoivent d'une main ce qu'elle versent de l'autre au titre de leur contribution à l'impôt sur les sociétés puisque comme son libellé l'indique, cet impôt ne concerne pas le commerce exploité en nom propre, mais je note qu'en 2005, les entreprises outre les sociétés ont reçu 60 milliards de subventions directes alors que le montant de l'impôt sur les sociétés s'est élevé à 50 milliards.

    Et pour tous les branleurs, les assistés, c'est à dire les Rmistes et autres chômeurs selon le MEDEF, les fainéants profiteurs qu'il est absolument urgent de « contrôler avec plus d'énergie », il en coute à la collectivité 5 malheureux milliards d'euros par an; 5 milliards d'euros desquels il faut inclure les aides directes attribuées aux entreprises pour l'emploi d'un RMIste qui sont, bien évidemment, comptabilisées dans le coût du Rmi au lieu de figurer en partie dans le calcul des aides publiques aux entreprises puisque c'est du fric qu'elles reçoivent.

    Ils n'y a tout de même qu'en France que l'on assiste à des contradictions aussi évidentes. Quand on pense que Madame Parisot au nom du Medef n'a de cesse de réclamer un contrôle accru des demandeurs d'emploi alors que des sommes pharaoniennes versées aux entreprises ne font l'objet d'aucune comptabilité nationale, que leur contrôle est inexistant, et que pour clore le tout, les entreprises reçoivent des aides publiques pour créer de l'emploi alors qu'elles licencient à tour de bras comme HP ou Danone par exemple; entreprises voleuses de deniers publics qui prennent de l'argent pour une mission tout en délocalisant dans le but de profiter davantage de la misère des salariés misérables des pays émergeants. Outre l'irresponsabilité juridique instituée par le droit français des procédures collectives à l'égard des dirigeants d'entreprise (1), on est en droit de se demander comment il est tolérable de laisser le Medef condamner le modèle "d'assistanat" français alors que lui même a l'audace de se mettre dans la poche 60 milliards d'euros nets libre de tout engagement ...?

    1). http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-11-16-billet-241758.html

     

    Pour en savoir plus lire le Figaro du 24 janvier 2007 "Aides publiques : le jackpot des entreprises" - le figaro et l'analyse sur  actuchomage


  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:20
    Aaaaaah!
    ça fait plaisir de voir que tu es toujours aussi cintré.
    2
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:37
    bonjour démos
    faut intéressant de constater que mon sort vous préoccupe !
    3
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:40
    Hé Nikoo
    comment tu parles la france que je comprends pas ce que tu dis??
    4
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:42
    Mes chers amis,
    Vous devriez vous convaincre de cesser de butiner sur tous les blogs hébergés sur ce site dans le but de battre des records parfaitement inutiles ... Cela ne rend pas vos créations plus attrayantes et vous nous épargneriez vos imbécillités sans concentration productive ... merci ...
    5
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:42
    tschok, ma phrase
    me semble correcte, non ???? je disais juste que j'étais étonnée de voir que mon absence a été relevée par démos!!!
    6
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:45
    Ma chère Nikoo,
    J'ai adressé à mademoiselle Anne Poulain un avertissement pour vous avoir comparée à une morue, je tenais à vous le dire ... J'en profite pour présenter mes plates excuses à toutes les morues pour cette confusion ...
    7
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:46
    mon cher démos
    je n'ai même pas la force de rétorquer quoique ce soit...faites comme bon vous semble!
    8
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:47
    Tiens le cintré est là?
    euh Nikoo, peut être mais je connaissais pas la forme 'faut intéressant de'. J'vais essayer de la recaser pour voir si elle est usuelle :))
    9
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:48
    Vous étiez juste là,
    pour la promo ... cela je le sais ... maintenant que vous avez gratté votre cigarette, merci de bien vouloir aller la fumer ailleurs ....
    10
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:49
    pardon tschok
    je voulais écrire "fort intéressant"....2 semaines sans clavier, ça se perd !
    11
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:49
    vous étiez
    en cure de sommeil ..?
    12
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:50
    cure de sommeil...
    si on peut nommer les anesthésies ainsi....effectivement ....
    13
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:51
    Oki, oki
    Bon, j'me casse, la précieuse ridicule nous fait sa crise de palu.
    14
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:52
    Mes chers amis,
    je ferme le bar, votre conversation nuit à la qualité de ce blog ... bien à vous ...
    15
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:53
    vous êtes toujours aussi
    triste sire, j'en suis peinée pour vous.
    16
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:53
    Mes chers amis,
    Ici nous ne faisons pas de commerce ... merci de bien vouloir dégager ...
    17
    Lundi 24 Avril 2006 à 12:54
    Je vous informe que vos
    prochaines interventions cupides, gratage de trafic pour s'ingénier à crotter mes analyses de vos savantes de souillons seront purement et simplement supprimé ....
    18
    Mardi 24 Octobre 2006 à 16:31
    Trackback à la main
    Comme je parle de ton article dans un commentaire d'un des miens, il n'y a pas de raison que tu n'en profites pas : http://blog.monolecte.fr/post/2006/10/24/Deshabiller-Job-pour-habiller-Cresus
    19
    Mardi 24 Octobre 2006 à 17:24
    Je dois dire que ce billet
    interesse pas de contestataires si j'en juge les stats de ce blog ... il faut dire 60 milliards d'euros ...! en tout cas, merci pour votre participation à la diffusion de cette info ...
    20
    Jeudi 2 Novembre 2006 à 19:47
    60 milliards pour les entreprises alors que 20 suffiraient pour supprimer le chômage
    L'Etat donne de l'argent à ces entreprises contre des promesses d'essayer de réduire le chômage. Pourtant, si on décidait d'indemniser 4 millions de personnes qui sont aux Assedic, RMI ou ASS, au niveau de 90% de leur ancien salaire, en échange d'un travail en assoc, ça ne coûterait QUE 21 milliards et il n'y aurait plus de chômage en France. (J'en parle sur mon site.)
    21
    narval
    Vendredi 25 Avril 2008 à 00:37
    RMI
    J'ai été choqué par le terme "d'assistanat" utilisé comme argument de campagne par les candidats de droite comme de gauche pour les présidentielles et actuellement par les journalistes friqués et condescendants pour la France "d'en bas". C'est une insulte qui n'a pas lieu d'être, le RMI et les APL (quand la CAF daigne les verser!) et autres aides étant instituées par la loi (dans laquelle elles ne sont pas nommées comme tels) et donc par la démocratie. Ce terme a une connotation méprisante réactionnaire,démagogique et populiste. De même que cette idée simpliste selon laquelle il suffirait à ces gens de travailler pour s'en sortir. On est pas au RMI par plaisir ou par paresse. Si c'était si facile ils auraient déjà un emploi fixe. Bien souvent ce sont des gens qui ont des problèmes de santé et auquels on refuse l'AH (allocation handicapé) car pour l'obtenir mieux vaut avoir un bras ou une jambe en moins! Problème d'adaptation au monde de l'entreprise si exigeant. On peut être d'une famille de niveau élevé, être diplomé et ne pas pouvoir travailler. Problèmes de "pétage de plombs", d'inhibition dus à la violence (si taboue), parfois torture physique ou morale au sein de la famille (pas besoin d'aller si loin qu'Abou Graib ou Guantanamo) pendant l'enfance contre lesquels l'Etat n'a rien fait ou voulu voir. Il est donc logique qu'il prenne en charge les citoyens qu'il était censé protéger et dont il a la responsabilité. La solidarité est un signe d'une société évolué et différente des animaux primaires donc pourquoi revenir en arrière et s'attaquer aux plus faibles quand la situation économique va mal pour d'autres raisons: concurrence des pays à bas salaire promue par les politiques mondialistes, de droite comme de gauche, hausse des prix du pétrole.Les grandes entreprises sont aussi des assistés puiqu'elles reçoivent des aides publiques pour des montants bien plus élevé! Pourquoi tout ce débat puique le rmi et la CAF retourne à la grande distribution et aux propriétaires de maisons louées donc aux impots?!
    22
    Demos
    Vendredi 25 Avril 2008 à 09:08
    aides publiques
    En effet, mais ce débat est devenu dérisoire, je crois que nous ne sortirons pas de cette dictature finacière avec les outils traditionnels de la démocratie ... Seule une révolution, éventuellement une révolte pourrait ralentir ce tsunami régressif ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :