• Apocalypse néolibérale

    La séparation des pouvoirs et l'établissement d'une Constitution capable de protéger la personne de l'absolutisme étatique figurent parmi les principes fondateurs du libéralisme classique.Or, depuis plus de vingt ans, le monde occidental considère ces valeurs essentielles avec désinvolture, rognant constamment sur les principes supérieurs grâce auxquels notre richesse et notre système de société furent bâtis.

    En Grande-Bretagne, Tony Blair poursuit cette régression initiés sous l'idéologie thatchérienne comme l'atteste la « présidentialisation » de l'exécutif, la sape systématique des prérogatives du Parlement, la limitation de l'autonomie de la Justice, et les atteintes extra juridiques aux libertés publiques qu'un Législateur docile et irresponsable accepte encore d'entériner. (1). Aux Usa, Bush et ses acolytes ne se cachent plus désormais pour endosser la responsabilité de violations répétées des Droits fondamentaux (2), fiers de plonger leur pays chaque jour un peu plus dans le totalitarisme et l'arbitraire aveugle (3) . Ils piétinent les traités internationaux, ils gouvernent par décrets, et déclarent aussi des guerres préventives aux conséquences catastrophiques (4). Ainsi, auto-investi d'une mission sacrée, Bush s'imagine en berger guidant ses moutons glucosés et repus, ces nouveaux-tondus du millénaire qu'un rien alarme et que tout inquiète. La France, malgré ses résistances et son bon sens, n'a pas échappé à cette hystérie collective. Des années 80 jusqu'à nos jours, le durcissement de la législation pénale et le recours aux lois d'exception participent à cette frénésie sécuritaire.(5)

    Partout depuis 25 ans, les mêmes causes produisent les mêmes effets : l'on assiste au désengagement programmé de la mission régulatrice de l'Etat au bénéfice d'un mandat sécuritaire et répressif; Etat doté d'un exécutif unitaire et puissant disposant de pouvoirs inhabituels dans les régimes républicains. Comme chimère de contre-pouvoir, un Parlement affaibli et une Justice au service d'un objectif néolibéral, discréditée dès qu'elle oppose la moindre critique. L'on assiste aussi à ce que d'aucuns appellent « une autonomisation » de l'exécutif agissant contre et malgré l'opinion publique, sous le prétexte fallacieux d'une réalité économique à laquelle personne ne pourrait échapper. Parallèlement aux institutions politique, les acteurs économiques subissent ou profitent du même effet concentrationnaire avec l'apparition d'entités économiques de dimension internationale disposant de moyens humains et financiers exorbitants, quelquefois d'un pouvoir supérieur à celui des Etats dont ils orientent les politiques à coup de milliards ou de copinages (6). Ces nouvelles racailles du capitalisme exigent toujours plus de leurs « salariés », s'autorisent même à agir sur les modèles sociétaux pour les modeler selon des intérêts primaires pour ne pas dire primitifs (7), et prétextant la mondialisation économique justifient une régression sociale écoeurante quand nos sociétés n'ont jamais été si riches (8).

    Quant à la souveraineté populaire voire celle de la nation, partout le même discours : stigmatisation de la peur (9) , promesse d'un lendemain bien pire encore que celui que nous connaissons, subordination des Droit de l'Homme au principe de libre-concurrence (10) , marchandisation de la personne humaine (11) , préjugés à l'égard du Peuple (12), diabolisation de la pauvreté (13), criminalisation du sans-papier (14) , sacralisation de la précarité comme pilier de la liberté (15)  ... A lire le projet de VIème République proposé par Nicolas Sarkozy, où sa manière de considérer la séparation des pouvoirs, l'on constate qu'il se situe dans la droite ligne de cette stratégie de démolition (16). N'omettons pas de souligner la complicité des médias de masse (16bis) qui ne se contentent plus de pécher par omission mais participent activement à cette pantalonnade de démocratie. (17) . Et tous les pays riches d'élaborer le même projet de société, javellisation affligeante. Qui promulguera le premier sa législation scélérate dans une course extravagante vers une catastrophe annoncée. Ainsi, le monde et tout ce qui nous entoure est chevillé dans un espace de guerre et d'insécurité tant économiques que politiques, au niveau local comme au niveau international. 

    Cette stratégie suicidaire et incompréhensible cache des ambitions mystiques. Le lutin Demos prétend qu'elles sont religieuses. Les néolibéraux sont des curés soutenus activement par les évangélistes, les pentecotistes et toutes une pléiade de sectes plus ou moins apocalyptiques. Ces hystériques interprètent les textes bibliques à leur façon. Ces gens méprisent la Révolution française, ils méprisent aussi la vision anglo-saxonne de la liberté. Ils méprisent le Socialisme et pour cause : ils ne voient dans l'homme que cupidité et égoïsme, le jugeant incapable d'échapper à la tentation, de maîtriser ses passions dévorantes, et dont l'existence n'a d'autre sens que celui d'expier ses fautes passées. Ils méprisent l'Humanité, mais ils dévorent le réel avec avidité, probablement, pour se convaincre de la futilité de l'existence. C'est au USA, par exemple, bras armé du néolibéralisme mondialisé, que l'on a constaté le plus grand nombre de sectes prônant la fin du monde et l'apocalypse. Ce n'est pas un hasard si les Etasuniens vivent dans la peur viscérale de l'enfer.Ils se foutent bien du réchauffement planétaire, du trou dans la couche d'ozone ou de la décadence du monde occidental, bien au contraire, ayant cru comprendre l'Apocalypse selon St Jean, la fin du monde puis la résurrection d'un monde nouveau, un monde débarrassé de toute critique temporelle dans lequel Dieu ne serait plus une religion mais une science exacte. Voilà ce que cette droite inconnue espère et pour cela oeuvre en attendant sa revanche dans une apocalypse néolibérale (14)

    1. Criminal Justice Act 2003, Prevention of Terrorism Act 2005, Enquiries Act 2005.

    3. Selon David Cole, en vertu de son statur de « commandant en chef », le président des Etats-Unis serait, par la Constituiton, habilité à perpétrer un génocide s'il le souaitait et selon A. Gonzales, misnistre de la justice en 2002, , foulait aux pieds le droit international.

    5.  http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-12-22-billet-263294.html 
    http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-11-15-billet-241207.html

    6.  Lire M. Sarkozy déjà couronné par les oligarques des média « le Monde dipomatique » Septembre 2006 ou http://www.france5.fr/asi/008182/2/137305.cfm

    14. http://www.monde-diplomatique.fr/2005/02/EL_KAREH/12032?var_recherche=christianisme+usa

    et aussi http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-01-16-billet-275660.html

    16bis. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-02-28-billet-300056.html

    http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-04-17-billet-330373.html

    http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-09-18-billet-437113.html


  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Avril 2007 à 14:05
    L'Apocalypse aura bien lieu
    On me l'a confirmé avant hier soir, mais je vous rassure, elle ne sera pas comme dans les rêves de Deubeuliou !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :