• Ce qui nous sépare.

    Chers amis, chers électeurs, les néolibéraux s'évertuent à considérer l'état providence comme le pire des modèle économiques, alors que beaucoup d'Européens, en particulier en France, pensent différemment. Le lutin contestataire Demos en est fort désolé pour la réalité économique que les néolibéraux nous fourguent sous le prétexte misérablement fataliste du réalisme économique. Les Étasuniens, emblématique ramassis d'égoïstes glucosés et irresponsables, n'ont pas toujours fait du capitalisme sauvage. Ils ont fait du keynésianisme pendant plus de 50 ans. C'est à dire de 1929 à l'arrivée de Reagan, et ils s'en sont mis plein les poches ! Cette Amérique là, pouvait prétendre au rêve américain car à l'époque la productivité profitait à tous.

    Sur les 200 ans d'existence des USA, les décideurs étasuniens ont fait du libéralisme quand l'Europe faisait du libéralisme et du keynésianisme quand l'Europe faisait du keynésianisme  (peut importe qui l'imposait à l'autre) Il n'y a que depuis les années 80 que les étasuniens ont entraîné le monde dans le capitalisme radical. Trente années de libéralisation de l'économie crescendo pour aboutir à un désastre hilarant s'il n'entraînait derrière lui son cortège d'injustices et de victimes innocentes. En Europe, la belle idée européenne sur laquelle notre pays a constamment fondé ses espoirs, cette idée d'une Europe des Peuples put le fric. L'Afrique crève de faim. L'apocalypse règne au Moyen-Orient, la société étasunienne est en pleine décadence ... Comment espère t-elle atténuer les contradictions qui l'affaiblissent creusant un abîme en son sein à l'image de nos civilisations occidentales ..? Que les néolibéraux cessent de nous racontez leur balivernes. Tout le monde connaît, à présent, les raisons qui ont décidé l'administration Bush d'envahir l'Irak, Tout le monde a compris qu'on torture au nom de la liberté. Tout le monde a vu le traitement infligé aux pauvres de Louisiane; la violence et l'insécurité inouïe dans laquelle l'individualisme, l'égoïsme et la révolte des exclus ont entraîné cette société débile. Tout le monde s'est aperçu que les étasuniens font cavaliers seuls, et qu'ils n'offrent aucune autre alternative aux Etats indépendants que d'être leur vassaux ou leur ennemi.


    Pourquoi cet acharnement ? Comment un individu tel que Bush a t-il pu parvenir à la tête de la plus grande de démocratie au monde ? Pourquoi cette montée du radicalisme religieux tant chez le musulman que le chrétien américain ? N'y a t-il pas là le signe d'une détresse tant chez l'Arabe humilié que chez le noir africain affamé ou l'étasunien isolé dans un modèle matérialiste qui ne défend plus d'autre valeur que la réussite sociale et l'argent ? Les hommes n'ont-ils pas comme point commun la nécessité de croire en quelque chose, quelque chose d'autre, quelque chose qui pourrait être différent..? Ce besoin vital échappe manifestement aux néolibéraux et nous sépare car il y a là des questions fondamentales qui transcendent de loin leur bilan de comptable poussiéreux, et sur  lesquelles nous devons débattre dans l'intérêt de la pérennité de nos civilisations communes.La réalité que j'évoque est emblématique du reproche que font les néolibéraux du monde entier aux Français de trop "réfléchir" Comme si l'on pouvait impunément reprocher aux gens de trop penser !A ce sujet le lutin contestataire Demos invite ceux qui en ont encore envie à méditer sur une pensée de Shakespeare : «La réalité est faite de l'étoffe de nos songes»Toute la philosophie n'est qu'une méditation de Shakespeare a dit aussi Emmanuel Levinas avec, j'en suis profondément convaincu, beaucoup de raisonnement et de justesse....


  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Octobre 2006 à 17:08
    Roule..roule..train du plaisir..
    On peut penser , réfléchir , débattre à l'infini , pondre rapports et motions....protester et lever le ton...tout cela à l'intérieur d'un train fou dont nous ne maîtrisons ni la direction , ni la vitesse ni les aiguillages....parfois il serait bon que l'action précède la réflexion...juste pour assurer sa survie...
    2
    jbernard
    Lundi 16 Octobre 2006 à 17:13
    Pourquoi vouloir opposer...
    le néolibéralisme et l'Etat providence ? N'y a-t-il pas un chemin plus réaliste pour faire avancer une juste répartition du pouvoir et des moyens de vie ? L'économie de marché est et restera la meilleure voie pour générer des richesses. Sans ces richesses, rien ne pourra être redistribué à ceux qui en ont besoin. Je n'aime pas Bush non plus, mais il y a aux US de formidables potentiels d'innovation et de création de richesses dont nous devrions nous inspirer. Encourager la prise de risques, réduire la bureaucratie, stopper l'arrosage social sont des éléments susceptibles de redonner dynamisme et croissance à nos économies européennes. Aucune théorie dictée par l'Etat ne remplacera l'initiative individuelle, l'envie de s'enrichir (eh oui!) et la volonté de réaliser ses objectifs pour envisager une société plus juste et aux inégalités moins criantes. Alors au diable le manichéisme, les oppositions gauche-droite et le "droit" aux aides multiples et contradictoires !
    3
    Mardi 17 Octobre 2006 à 01:46
    Tout d'abord, je tiens à vous remercier pour votre contribution ...
    ce blog a trop souffert d'avoir été victime consentante par négligence de la bétise d'ânes bâtés et de reines des fraises conjuguées, je suis content de lire, enfin, quelque commentaires intelligents ... mais il y a les convictions, elles dominent notre façon d'appréhender le monde qui nous entoure, elles nous différencient, cher bottle, parce que ma vision de la politique considère que nous avons, en toutes circonstances, la liberté de choisir et que ce choix n'a de poids que notre détermination, et nos convictions impératives ... Mais il y a les mots, ce que DEmos dit, ce que l'on entend, ce que l'on comprend et tout s'ébranle tout à coup ... comprenez, cher jbernard, que je partage l'essentiel de votre opinion, c'est à dire que je ne suis nullement un adepte de la planification économique étant fervent défenseur du capitalisme,comme Keynes, du reste, car l'état providence est encore du capitalisme, seule organisation économique susceptible de promouvoir la libre entreprise, la richesse et la prospérité pour le plus grand nombre ... Vous devez vous convaincre, cher jbernard, que les formes de capitalisme traditionnel sont totalement étrangères au néolibéralisme triomphant que nous subissons aujourd'hui, et que nos pères n'auraient assurément pas imaginer proposer à leurs enfants un avenir plus noir que celui qu'ils ont connu alors que les pays dits industrialisés n'ont jamais été si riches ... de sorte que je m'efforce de sortir du clivage gauche-droite, au contraire, pour entrer raisonnablement dans une logique qui dépasse l'idée traditionnelle que l'on se faisait des rapports "travailleurs-patrons" pour mieux dénoncer, comme le fait Bayrou par exemple, la capacité indécente avec laquelle notre système s'enrichit de la misère des autres ... tel est le discours du lutin DEmos ...
    4
    Mardi 17 Octobre 2006 à 14:56
    Pile ou face...???
    Je suis d'accord avec vous deux et partage en gros vos idées très voisines....avec un bémol...il faut une bonne dose de naïveté pour penser qu'en toutes circonstances nous sommes maîtres de nos choix...quelles que soient nos convictions...
    5
    Mardi 17 Octobre 2006 à 16:01
    quand je dis "nous", cher bottle ...
    j'entends le Peuple, c'est à dire nous en tant que membre d'une société ... Chaque fois que le Peuple est déterminé, il parvient, tôt ou tard, à faire vaciller la plus tyrannique des dictatures ...
    6
    Jeudi 19 Octobre 2006 à 13:29
    Euh
    Merci pour la reine des fraises. J'me sens un peu visée, cher Demos. Salutations vexées mais pas trop.
    7
    Jeudi 19 Octobre 2006 à 15:31
    Miss Hollywood ?
    Le problème avec les femmes, chère amie, c'est qu'elles commences par se sentir visée, puis elles s'imaginent le centre de vos principales préoccupations jusqu'à vous trainer finalement devant un juge matrimonial pour obtenir une pension alimentaire,ou une reconnaissance de paternité ... Etes-vous enceinte de moi ...?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :