• Vive la France multiraciale, la France multicolore, la France multiculturelle...!

    111 commentaires
  • Mes chers amis, l'heure est grave, l'année 2006 décisive...
    Tandis que notre gouvernement se vautre dans la servitude et l'échec
    programmé; que l'opposition socialiste se fourvoie dans l'erreur historique,
    impuissante et lâche; les néolibéraux du monde entier ont engagé sous la
    houlette des Anglois et le financement des obésicains, l'offensive la plus
    radicale que ce pays ait jamais eu à connaître durant ses 1000 ans
    d'histoire.
    Le néolibéralisme est bien décidé à entraîner notre beau pays dans
    l'isolement politique et la disparition programmée...(lire "La France en danger"
    http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-12-05-billet-252837.html - "Un régime s'installe" http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-12-22-billet-263294.html - "Mépris du peuple au révisionnisme historique" http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-01-02-billet-268611.html

    L'offense n'est pas militaire, pas même économique (car nous avons toutes
    nos chances); cette guerre est psychologique.
    Ni fusils, ni canons pour asservir les peuples modernes, seulement les mots
    bien choisis, choix d'une stratégie de la peur bien orchestrée.
    Quelques virus imaginaires essaimés dans la tête des citoyens les plus
    fragiles pour mieux les contrôler : Sécurité à tout prix, tolérance zéro,
    discrimination positive, fracture sociale, immigration clandestine, et
    maintenant le tirailleur Sarko.
    Tous les prétextes sont bons pour saper le moral des Français, toutes les
    victoires sont salis, toutes les promesses vont dans le sens d'un monde bien pire encore que celui que nous connaissons.
    Serons-nous dupes encore longtemps de cette mascarade...?

    Nous vivons des moments catégoriques sur ce que sera le futur proche du
    monde en général et de la France en particulier.
    Cette France qui gène le milieu néolibéral et les étasuniens, son bras armé,
    en l'empêchant de dominer la planête.
    Notre pays résiste. Il a dit "non" à l'Europe du fric, cette pantalonnade de
    paix qui monte les Peuples européens les uns contre les autres.
    Il exprime depuis des années avec toute la force de ses convictions son
    hostilité au monde des marchands égoïstes, nourris de la misère d'autrui
    dans lequel le capitalisme sauvage a choisi de s'engouffrer sans vergogne.
    La richesse ne sert plus que l'inutile, la productivité ne profite plus, le
    gaspillage enrichi au lieu d'appauvrir et pendant ce temps, la diplomatie
    française devient la figure emblématique de la pensée à discréditer.
    Même les Russes s'y mettent !

    La plus belle victoire des materialistes-réalistes serait de nous convaincre
    de notre impuissance face au destin, de la futilité de l'existence et de la
    dangerosité de la pensée.
    Ce que la Religion n'est pas parvenue à réaliser, ce sont ceux-là même qui
    l'on combattu qui tentent de l'imposer à l'Humanité.
    Le réalisme aujourd'hui est un dogme de la pensée.

    Nous perdrons notre modèle unique si nous ne réagissons pas intelligemment en nous fédérant autour de solutions nouvelles toutes tendances confondues s'il le fallait...
    Ceux qui nous gouvernent sont prisonniers de leurs petites ou grandes
    ambitions, soucieux de préserver leur matérialité sommaire et terrorisés à
    l'idée d'une guerre civile.
    Ce pitre de Chirac et l'opposition sont disposés dans l'urgence à courber
    l'échine devant le triomphe du Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
    Passons-nous de ces intermédiaires. Agissons !

    En déclarant irréaliste le monde que la France propose aux hommes du XXIème siècle, aux personnes responsables et courageuses, le capital condamne ce monde à ne pas se réaliser.
    Il n'y a pas d'idéal déraisonnable, il n'y a que des égoïstes qui refusent
    de porter leur enthousiasme autre part que dans un nihilisme idiot et
    affligeant.
    Unissons-nous, en faisant front solidairement à nos problèmes et vous
    constaterez que l'intérêt individuel peut servir l'intérêt collectif et
    qu'inversement l'intérêt collectif peut renforcer l'intérêt individuel dans
    sa diversité car la réalité n'est rien d'autre que ce que les hommes peuvent
    réaliser par liberté...

    125 commentaires
  • Chers amis, chers futurs électeurs, les libertés publiques sont menacées dans notre pays. L'état d'urgence n'est qu'une suite d'atteintes aux droits fondamentaux entamée depuis au moins 20 ans qui trouve son apogée depuis les bombardements de New-york. Dans la foulée du Patriot Act obésicain, la loi Vaillant de 2001, élaborée sous le gouvernement minabiliste de L. Jospin, posa les fondations d'une construction sécuritaire que le ministre de la France, N. Sarkosy, s'apprête encore à fortifier (loi Perben 2002, loi Sarkosy 2003, Perden 2 en 2004, projet de loi contre le terrorisme dès 2005 à l'Assemblée etc...)  Tous ces textes visent à augmenter le pouvoir de police et à limiter le pouvoir de la Justice. N'avons nous pas entendu, un ministre de la République conseiller aux Parlementaires de ne pas saisir le Conseil constitutionnel lors du vote de l'état d'urgence afin d'échapper à la censure de la juridiction suprême..? Affligeant...


    Désormais, sans vrai débat et avec l'assentiment de presque tous, sont devenus légaux alors qu'ils ne l'étaient pas :


    les contrôles d'identité sauvages,
    les interrogatoires par vidéoconférence,
    la création d'infractions incompatibles avec le principe constitutionnel de la légalité des délits et des peines (infraction de "criminalité organisée" par exemple),
    la fouille de véhicules lors de "simple enquète préliminaire",
    le fichage et la conservation de données Internet relevant de la vie privée,
    l'anonymat du témoin qui transforme le citoyen en infame délateur,
    les prisons pour mineurs,
    les sanctions éducatives à partir de 10 ans,
    la rémunérations officielles des balances,
    l'étendu des cas de perquisition et d'écoutes téléphoniques,
    l'étendu du délai de rétention adminitratif,
    la justice privée et les milices.
    etc..


    On est bien loin de la loi "Sécurité et liberté" de 1981 qui avait soulevé un tolée !
    Nous en sommes au point où 11 des 24 propositions du Front national en matière de justice et de policie ont déjà été mises en application par les gouvernement Raffarin et de Villepin.
    C'est dire à quel point l'autoritarisme s'installe en France comme il s'installe partout où règne le carcan néolibéral.
    Voilà le constat : une "chaine pénale" pour reprendre l'expression du filou Sarko.
    Moins de pouvoir aux juges, plus à la police; moins de pouvoir à la loi, plus à l'exécutif.
    Ces moyens cohersitifs ne sont plus encadrés par le droit pénal.Ils visent tant les mouvements sociaux que l'action syndicale, les SDF que les prostitués, les Français que les étrangers ...  ils touchent tout le monde sans ostracisme. C'est un régime qui s'installe ...


    L'appel à la tolérance zéro fonctionne comme un leurre qui déplace l'intolérable injustice de nos sociétés néolibérales vers la peur d'un avenir encore plus sombre demain, menacer de plus de pire les individus pour mieux les tenir enfermer dans un carcan de concessions ...  Les néolibéraux exploitent nos peurs profondes pour nous diviser, prétendent agir dans le but de protéger le tissu social  alors que ce gouvernement de traitres le disloque, sabote notre économie, sape le moral des Français et nous prépare un XXIème siècle au fronton de  l'autoritarisme et de la vision de son prochain en un danger potentiel - Distiller la peur en détruisant la fraternité, distiller la peur pour agir sur les libertés, distiller la peur et creuser les inégalités, diviser pour régner ...

    2 commentaires
  • Chers amis, la France est en état d'urgence.
    Depuis le 9 novembre 2005, nous ne devons pas perdre de vue qu'il y a dans ce pays des espaces où le gouvernement peut ordonner à la police de procéder à des arrestations massives, où il peut interdire les manifestations, censurer les médias, interdire les réunion, fermer les salles de spectacle, perquisitionner et restreindre les mouvements des personnes sans devoir fournir de preuves ou de raisons justifiant de telles actions.
    Depuis les émeutes de novembre la police a procédé à 3 000 arrestations et 1 700 CRS sont postés dans les cités de banlieues.
     Cette mesure extraordinaire digne d'un état policier a été pratiquement cautionnée par toute la classe politique, y compris par la direction actuelle du PS, une tête de serpent sournoise, corrompue au néo-libéralisme, traite au Socialisme et affligeante de médiocrité.



    Cependant, l'état d'urgence est-il une mesure compatible avec notre droit ? Une réponse négative s'impose. Certes, la loi de 1955 ne peut pas faire l'objet d'un contrôle de constitutionnalité par le Conseil constitutionnel puisque dans ce pays, fort heureusement, la juridiction suprême n'a pas la possibilité de vérifier la constitutionnalité d'une loi déjà promulguée. Certes, Le Conseil constitutionnel a déjà décidé en 1985 que "la gestion  quotidienne de l'état d'urgence appartient au pouvoir exécutif" ce qui signifie que les recours devant le Conseil d'état se font au coup par coup, contre une disposition particulière du préfet touchant un particulier et non sur la validité de la loi instaurant l'état d'urgence. Mais dans ce pays de droit jusqu'à preuve du contraire, les décisions des pouvoirs publics ne sont pas des actes discrétionnaires, elles sont soumises à des conditions. L'état d'urgence modifie le fonctionnement de l'état de droit, il n'y met pas fin !
    C'est la raison pour laquelle la loi pose une exigence : il faut "UN PERIL IMMINENT".
    Ce péril imminent existait le 9 novembre, date à laquelle le gouvernement a décidé par décret d'instaurer l'état d'urgence pour 12 jours seulement, mais ce péril n'existait pas le 17 novembre lorsqu'il fut décidé de le proroger pour 3 mois avec la complicité criminelle des Parlementaires puisque nous assistions à cette époque à une décrue de la violence.
    Comment se fait-il qu'on est pas trouvé 60 parlementaires pour saisir le Conseil constitutionnel qui aurait assurément invalidé cette loi scélérate ...?



    Chers amis, Chers futurs électeurs de 2007, le néolibéralisme nous entraîne tranquillement dans la dictature et l'état policier(1) . Ne nous y trompons pas, l'état d'urgence est moins destinée aux banlieues qu'au mouvement social dur qui pourrait se déclencher dans le pays.
    Cette loi est un avertissement, une tentative d'intimidation préventive en cas de grève et de manifestations. Voyez comment se met en place insidieusement au plan économique un libéralisme effréné, et au plan politique l'instauration d'un véritable Etat policier.
    Voyez comment les deux sont liés. Il s'agit d'obtenir le calme social par une politique autoritaire.
    Que le Conseil constitutionnel n'est pas pu exercer son contrôle sur une loi aussi extraordinaire est le signe évident d'un affaiblissement des Libertés dans ce pays et du danger qui nous guette demain de vivre dans une société de violences, d'intimidation et de soumission totale...



     



    1.  http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-12-22-billet-263294.html 



     


    78 commentaires
  • Cher amis, il est question dans ce fil des pauvres, des fils de si peu qui n'ont d'autres préoccupations que celles d'adapter leur dépenses à leur maigres revenus.
    Ces pauvres « s'alimentent » auprès d'enseignes bas de gamme du style de celle de ED mais il en existe d'autres ...
    Or, le client ED est un gâte-sauce qui s'imagine économiser sur un budget supposé insuffisant en consommant des potages de faquin cuisinier alors qu'il se fait copieusement arnaquer comme il le mérite d'ailleurs pour dire les choses clairement.
    Ils paient le juste prix pour des oeufs minuscules, de la mayonnaise chiasse à souhait, des brochettes reconstituées de dinde trisomique qui partent en vrilles même à la poêle, tripler la dose pour que le sirop ait du "goût" ...
    Tout ce qu'on propose chez ED est faussement dénommé, grossièrement empaqueté, stock manifestement constitué de sous-produits et marques parasites qui sucent le fruit et le succès d'entreprises créatrices et innovantes ou qui ratissent large afin de s'attirer une clientèle à la sale mentalité de pauvre.

    Dans la tradition du lutin contestataire, DEmos dit qu'un riche est un pauvre qui a de l'argent. Quand il voit affligé, ces bourricots rentrer chez eux avec leurs sacs de pommes de terre ED et leur tronche de victime anorexique, il se dit qu'il n'y a pas lieu de s'étonner qu'un individu qui s'accommode peu que peu à se nourrir de semoule conglutineuse ne puisse pas concevoir l'existence autrement que fade et parfaitement insipide... (1)
     
    Chers amis, le client ED est sociétaire d'une troupe de moutons qui pourrait éventuellement recouvrer le respect du lutin DEmos en se rendant en masse, demain à Carrefour ou Géant Casino pour se servir dans les rayons alimentaires de tout ce qu'il a besoin, et dont il pourrait avoir droit s'il jouissait d'un minimum de dignité comme l'ont fait les pauvres de Louisiane affamés et abandonnés que les médias étasuniens ont traité de pillards...




    1) http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-01-08-billet-272032.html


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique