• Immigration choisie et Bio-politique

     

    Mes chers amis, en pleine crise d'Etat, d'affaires scabreuses sans intérêt sinon celui de démontrer à quel point notre gouvernement est un ramassis de traîtres vendus au néolibéralisme à fusiller sans délai et sans procès; le procès se jouant en ce moment à l'Assemblée nationale où - un parterre d'égoïstes bon à rien et mauvais en tout, irrémédiablement discrédités aux yeux des démocrates - délibère sur un projet scélérate et misérabiliste; j'entends le projet sur l'immigration choisie soumis par le FN masqué Sarko. J'ai dit «  Ils délibèrent  ! » : Bien sûr que non ! Ils piaulent à faire tomber la tête d'un pouacre pour la remplacer par un bien plus pouacre. La peste vacillera au profit du choléra ! Voilà leur souci tandis que la France est engloutie dans la ruine politique universelle. Ils vont le voter ce projet, main dans la main, comme ils auraient voté le traité constitutionnel, comme ils ont voté le CNE et le CPE. Ils vont le voter fièrement pour les uns et petitement pour les autres.

    Mes chers amis, a l'instant de ces lignes, j'aime à penser ramener le débat à des question simples d'honnête citoyen. Chaque année, dans le monde, près 8 millions de personnes sont victimes de ce tueur silencieux et sadique qu'est la faim persistante. En 2004, 4 millions d'humain sont morts de la malaria et du sida dans le monde dont 80 % en Afrique. Le paludisme, lui, tue un malheureux toute les 30 secondes. Pendant que l''OMS supplie les pays du Nord vieillissants et perclus à former davantage de médecins pour éviter de dépouiller le Sud, 11 millions d'enfants de moins de cinq ans meurent chaque année dans les pays pauvres; c'est à dire que toutes les minutes, 21 enfants décèdent « principalement de causes qui auraient pu être évitées » selon l'Unicef. Ils crêvent de maladies, mes chers amis, qui se soignent en 24 heures dans un pays comme la France A cause du pillage des cerveaux, plusieurs pays d’Afrique subsaharienne sont dans l'impossibilité absolue de répondre aux besoins élémentaires de la population. Il y a 20 médecins pour 100.000 habitants dans 38 pays du continent africain. A heurter la raison, au moins 60 % des médecins formés au Ghana dans les années 80 ont quitté leur pays. A ce rythme, dans 25 ans, l’Afrique se sera vidée de ses cerveaux. Et ils sont déjà si misérables...

    Pendant ce temps, la Commission européenne représentative de la première puissance économique du monde, elle, élabore des projets destinés à améliorer l’attractivité de l’UE pour les scientifiques du monde entier. Au lieu de s'impliquer pour tenter de limiter cette hécatombe – ce qui n'est pas une faculté mais un devoir impérieux - , l'Europe du fric sordide réglemente pour "faire de l’UE, l’économie de la connaissance la plus compétitive du monde". Et Tony Blair, ce pastiche de socialiste à vomir, clame sa volonté de disposer pour son pays de travailleurs hautement qualifiés. Même la France, mes chers amis, s'engouffre dans ce parjure au nom de la libre-concurrence, et béante fanatique, la bouche écumante de vanité Mariani peut exiger fièrement le meilleurs pour notre pays.

    Quand l'Europe forme 173.800 médecins chaque année, l'Afrique en forme 5100. L'Europe a t-elle un besoin imminent de cette poignée de scientifiques ...? Et l'Amérique ...? Et la France a t-elle un besoin impérieux de 7000 médecins algériens sur 10.000 médecins étrangers au lieu d'en former comme elle en a les moyens ? Sauf qu'en 30 ans, 127 000 spécialistes hautement qualifiés ont quitté le continent africain, que depuis 1990, ce sont 20.000 élites qui quittent chaque année l'Afrique au profit de l'Europe ou de l'Amérique du nord. Cet exode est considéré par les Nations Unies comme l'un des principaux obstacles au développement de l’Afrique.

    Mes chers amis, des pays comme les USA pillent les pays pauvres, ils l'ont toujours fait; cela est conforme à leur culture d'être fier de profiter de la misère d'autrui. Ils nomment cette cupidité : démocratie, liberté ou libre concurrence que sais-je, mais ce sont des décadents corrompus, laissons les dans leur merde culturelle. Comprenez qu'il est plus facile pour un pays aussi puissant que les USA dont les adhérents sont élevés dans la culture de l'arnaque l'un l'autre, de rogner sur les budgets de formation en préférant voler les cerveaux des pays dans l'incapacité de se défendre; qu'une fois émigrés, et bien content de l'être, ces mêmes cerveaux produisent des richesses qui restent confinées au bénéfice de l’économie d’accueil; faisant payer des licences aux pays d'origine s’ils veulent en profiter alors qu'il ont contribué à former la source !

    Chaque année, l’Afrique importe environ 150.000 spécialistes ce qui lui cause une dépense annuelle de 4 milliards de dollars uniquement pour palier aux politiques égoïstes et lamentables des pays riches. A titre d'exemple, au cours des 10 dernières années, la Banque mondiale n'a dépensé que 2,6 milliards de dollars pour réduire la dette des 17 pays les plus endettés, alors qu'elle dispose de plus de 38 milliards de capitaux. Ces 38 milliards de notre argent, en autre peuple, versé de toute bonne foi pour l'annulation de la dette des pays pauvres et très endettés (PPTE). Comment peut on espérer, un jour, juguler le flux d'immigrants des pays pauvres vers les pays riches si on le vide du peu de « matière grise » qu'ils sont capables de produire ? Comment peuvent- ils lutter contre les fléaux de santé publique s’ils sont vidés de leurs médecins ? Comment peuvent-ils se former sans enseignants ? Cette injustice ne pourrait exister sans une volonté implicite au moins sans faiblesse, sans égoisme, sans intérêt pour notre pays sinon celui de participer à une guerre à l'échelle planétaire dans laquelle les victimes – et non les soldats - se comptent pas millions. Laissons-les autres s'entre-tuer sans nous puisqu'il est plus facile de les convaincre de faire la guerre que de travailler pour la paix. Nous devons nous mobiliser pour ne pas entrer à notre tour dans cette spirale déshonorante indigne d'une Nation comme la France. C'est une chose de se convaincre les uns les autres de la famine comme une fatalité du continent africain, c'en est une autre de participer activement à ce qu'il y a lieu d'appeler un génocide. Comprenez, mes chers amis, que le projet d'immigration choisie légalise la sélection humaine, la codification de ceux qui seront exclus de la communauté des êtres humains dans notre pays, et ceux qui seront dignes d'en bénéficier. C'est de la bio-politique. C'est du nazisme. En votant la loi sur l'immigration proposée par Sarko, l'Assemblée nationale se prostitue dans un projet de planification humaine non à vocation raciale, mais à vocation économique. Et le Peuple, dans tout cela, fait figure d'otage d'un racolage indécent de crime contre l'humanité.

    Mes chers amis, « La Shoa a eu lieu. Comment cela a-t-il été possible? Et qu’est-ce qui fit qu'elle fut possible, que cette horreur devint la réalité ? Pouvons-nous discerner dans notre réel quelques prémices qui feraient que, d’une manière ou d’une autre, une horreur de même type en vienne à se réaliser une seconde fois ? Car le nazisme, mes chers amis, se distingue du fascisme par le recours organisé à la sélection, par la mise en place de fait et de droit de manière systématique à un plan d'extermination. Peut importe qui est la victime de cette sélection et de cette extermination, dès l'instant où ce plan existe. Nous devons reconnaître la singularité du nazisme, et pour donner un sens à cette reconnaissance, nous devons fonder une dialectique entre la mémoire du passé et la critique du présent, dans le but de mettre en lumière les fils multiples qui relient notre monde à celui, bien récent, dans lequel est né ce crime et y voir les dangers que ce projet néolibéral d'immigration fait courir à tous les individus.. Lisez Kant, mes chers amis, « Si la Justice disparaît, c'est chose sans valeur le fait que des hommes vivent sur la terre» (Kant, Doctrine du droit)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :