• Chers amis, chers électeurs, ils sont nombreux comme le lutin contestataire Demos qui écument les news-groups depuis des lustres, à attester l'omniprésence du militantisme front-nationaliste sur les forums de l'Usenet, et sa progression spectaculaire sur tous les espaces d'échanges disponibles sur le Net. Les milliers de news-groups non modérés demeurent, en effet, le terrain d'action propice au déploiement d'une armée de l'ombre quoique tapageuse, que trop visible, même rampante dans le vacarme sourdingue du Cyber-espace.



    Déjà en 2004, une étude de la Sce Datops,(1) spécialisée dans la veille de l'information sur Internet, avait montré la domination absolue du Front National sur les forums de l'Usenet français; et évalué pratiquement la visibilité de Jean-Marie Le Pen à celle du Président de la République étant l'un des hommes politiques les plus cité sur les forums. Aujourd'hui, la presse spécialisée ironise constamment à propos de l'interface ringarde du site officiel du FN, et son manque d'interactivité, en sous-estimant la visibilité réelle de ce parti et, surtout, l'ubiquité funeste qu'il exerce sur l'Usenet. Depuis plusieurs années, le FN a opté pour une stratégie intelligente qui ne lui coûte pas un centime. Cette stratégie consiste à communiquer de façon officielle d'un côté, tout en confiant aux militants, de l'autre, la mission d'occuper le terrain du débat. Et pendant que des escadrilles de militants assènent brutalement leur véridicité sur tout l'Usenet, le parti se cantonne dans une ligne officielle aseptisée, propre à amadouer la gente honnête des citoyens. Régulièrement, les représentants du Front National diffusent des communiqués officiels sur les forums politiques - c'est ce que Fabien Granjon appelle « les passeurs » dans son étude sur le néo-militantisme- (2) tandis que d'autres agissent en ordre de bataille en verrouillant toute discussion hors du champs de thématique préformaté par le parti. Que l'on ne s'y trompe pas, cette occupation ne reflète en aucun cas la pensée politique dominante. Des milliers de fils témoignent, en effet, du vandalisme pratiqué par le militantisme d'extrême-droite quand il s'agit de saboter une discussion incompatibles avec sa ligne de pensée. Tout est, ainsi, permis pour mettre hors-circuit les «  combattants ennemis de la France, » : confusion, détournement de discussion, invectives constantes, calomnies, attaques personnelles durant des mois, usage de multiples pseudonymes afin de créer soit l'illusion d'une conversation, soit une fausse unanimité autour d'une prise de position, solidarité sans faille entres militants FN, communication permanente sur les thématiques du FN, en évitant – comme l'atteste les conseils vus sur le site officiel - toute propagande politique « directe » afin d'échapper aux modérateurs lorsqu'il en existe.


    L'étude Datops date de 2004, aujourd'hui, le phénomène s'est considérablement amplifié. Des groupes comme « fr.soc.politique », ou l'antédiluvien « af.politique » par exemple, sont devenus des terrains minés où le néophyte est rapidement éjecté quand il déplaît à un conventicule tout puissant. Autrefois, l'idée d'un tri entres débats de qualité et discussions acaloriques était un objectif à peu près réaliste, aujourd'hui, une telle démarche friserait le ridicule. Le groupe « fr.soc.politique » est noyé dans un torrent de tracts méphitiques déversé par des abonnés hystériques qui postent à la semaine plusieurs centaine de fils remplis d'humeurs corrompues. Ces professions de foi trahissent, le plus souvent, les pulsions rédhibitoires symptomatiques de la faiblesse humaine, et participent avec succès à la ruine de ce groupes de discussion. En quelques années seulement, les militants frontistes ont délibérément discrédité « fr.soc.politique » en faisant fuir les contributeurs historiques avant d'en prendre le contrôle absolu. Dans une interview, G. Vicquet, membre du Front national, a vu dans l'Internet « une vitrine internationale pour le FN «(3). Effectivement, force est de constater que sur « soc.culture.french », la quasi-totalité des messages rédigés en Français émanent de sympathisants FN ... Et ce n'est pas joli à lire ! Soyons compatissants avec ces pauvres Américains qui n'ont d'autre alternative en Français que de choisir entre les reproches de Demos et les pouacreries de l'extrême droite française ! Bien évidemment, ce vandalisme touche en priorité les groupes à vocation politique, mais il atteint toutes les thématiques. Ainsi, le site du FN ne se prive pas de conseiller à ses sympathisants l'occupation des groupes de news qui relèvent «  d'un hobby », et de citer en exemple ceux traitant de chasse, d'automobile, de culture, d'environnement, de régionalisme, etc .. J'ai, moi même, eu l'occasion de croiser des militants frontistes sur « fr.art.Poesie ». Dans le Télérama du 25 février 2004, Martial Bild, délégué général adjoint du FN, reconnaît fièrement « Oui, on demande à nos partisans de se rendre sur les forums ! Les groupes de news permettent de prendre la température de la population sans le filtre des médias et constituent un bon vecteur de diffusion de nos idées ... »



    Nous l'avons indiqué dans l'introduction de ce billet : la stratégie du FN ne se limitait ni aux forums de l'Usenet, ni aux listes de diffusion. Elle cherche aussi à atteindre d'autres espaces de communication présents sur l'Internet. L'occasion est souvent servit sur un plateau de taper sur les gauchistes ou de se défouler de ses projets contrariés. L'on a vu, notamment sur Agoravox,(4) des articles ou des commentaires d'expression radicale atteindre des scores très élevés par le truchement de l'activisme frontiste cherchant manifestement à créer une fausse unanimité autour d'une prise de position. Il y a urgence, d'une part à ce que les partis politiques ré-investissent rapidement les groupes de news, d'autre part que les plates-formes en pleine expansion comme Agoravox s'assurent que les frontistes, ou tout autres militants, échouent dans leur tentative de travestir la réalité du débat démocratique en agissant en commandos et non en contributeurs honnêtes


    1. http://www.temps-reels.net/article1490.html
    2. http://www.temps-reels.net/article1045.html
    3. http://www.hemisphair.net/index.php/2004/02/25/p280
    4. http://www.agoravox.fr/sommaire.php3


    5 commentaires
  • Chers amis, chers électeurs, il y a des questions qui brûlent les lèvres et d'autres qui consument les esprits car réfléchir est une gymnastique résolument périlleuse même si la prime d'assurance couvrant la presse internationale contre le risque de pensées sinistres est en passe de devenir exorbitante. En ces temps d'illusion du triomphe néolibéral, notre pays est exposé publiquement à la vindicte des journalistes de complaisance, (1) cette chattering-class n'ayant jamais aussi bien servie le pouvoir et le courant néolibéral enlisée dans l'audimat. Notre pays est métastasé de l'intérieur par une nouvelle droite inconnue depuis la trahison pétainiste, (2) une droite soutenue à l'étranger par les USA, son bras armé, (3) et une poignée de nationaux expatriés qui laminent de loin, parvenue au faîte du snobisme anti-Français et de la bêtise épaisse ...(4)


    Dans son numéro 832, l'hebdomadaire « Courrier international » a publié un dossier lamentable à vocation mystique, plus proche d'une consultation de cartomancienne que d'une production journalistique attestant, de nouveau, à quel point les médias de masse, y compris français, à la botte de leur conseil d'administration, s'évertuent à travestir la réalité politique française, en creusant par leur hypocrisie, un abîme d'incompréhension dans leur opinion publique respective.(5) Un dossier titré sournoisement « Le pen n'est pas isolé en Europe », coucherie indécente sur la photo d'un militant néonazi lors d'un rassemblement à Berlin (le tout en couverture SVP!) L'ensemble de ce torchon est constitué d'articles bricolés de la presse internationale et s'articule autour d'une évidence : la recrudescence de l'extrême droite dans toute l'Europe, et d'une révélation : la France apparaît comme le moteur de cette radicalisation ! Dans un journal londonien, on peut lire que la nouvelle Europe radicale et contestataire est devenue une « petite France », c'est à dire une « France antilibérale qui favorise les populistes de gauche et de droite ».


    Voyez comment, au moment où l'Europe présente des signes institutionnels et électoraux d'un renforcement de l'extrême droite, les médias de masse opposent les sondages et les prospection futuristes pour expliquer que notre contestation d'un modèle néolibéral nourri de la misère d'autrui, parvenu au bord d'un conflit de civilisation majeur, cette contestation légitime est, en réalité, une contestation antilibérale d'obédience extrémiste ... Ces nouveaux-tondus croient nous faire gober ce discours affligeant ! Je prétends que l'opinion publique française est probablement celle qui résiste le mieux, en Europe, à cette dérive radicale orchestrée par une droite sectaire et apocalyptique cherchant en vain à nous effrayer, et que nous ne tarderons pas à abattre sans pitié.


    Nous supportons, certes, depuis 11 ans un âne bâté à la tête de l'Etat, mais nous avons échappé au parjure de l'invasion irakienne, nous avons échappé, pour l'instant, au « renouveau moral » du président polonais Kaczynski, (6) aucun parti d'extrême droite n'est en passe de provoquer une sécession territoriale comme en Belgique flamande,(7) aucun militant néonazi ne se ballade en vociférant dans les rue de Paris comme en Allemagne ou aux USA, (8) on n'y lynche pas les noirs comme en Russie (9), les turcs comme à Londres, (10) tandis que la délinquance raciste est sensiblement en baisse dans notre pays (11) ou l'on assassine pas encore les journalistes comme à Moscou, ou l'on ne risque pas de voir l'extrême droite orchestré une guerre civile comme en Hongrie – tout au plus – l'extrême droite française est-elle capable de généré un débile armé d'une carabine à plombs dans l'espoir de commettre l'infraction impossible; nous n'avons, enfin, jamais entendu un élu remercier Dieu d'avoir provoqué un ouragan meurtrier (12)


    Considérer et promouvoir l'idée farfelue que la France se radicalise parce que 36% des Français « pronostiquent » ou «voient «  le pen au second tour des élections de 2007 ne fait pas de la France un pays d'extrémistes puisque 63% se déclarent « sûrs de ne pas voter pour lui » et ne le souhaitent pas comme président; et que 83% le considère dur et brutal , 81% "raciste", et 53% "démagogique".(13). Ça fait une différence ! En 1933, devant la crise de la civilisation de l'entre-deux guerre, les Allemands choisirent Hitler, quand les Français descendirent dans les rues pour contrer la tentative de coups d'état de l'extrême droite française en 1934, ils optaient pour les congés payés en 1936. Et quand 25 540 873 Français ont porté Chirac président avec 82,21 % des suffrages, ils n'ont certainement pas encouragé les électeurs polonais, slovaques, belge ou hongrois d'élire des radicaux incontrôlables et farouchement opposé à la construction européenne...


    Ces sondages, qui servent de propagande aux ennemis de la France, ne reflètent rien de plus que les angoisses nourries par les médias de masse désireux d'affoler l'opinion tandis que les néocapitalistes se délectent et s'enrichissent de cette politique de démolition. Ces sondages témoignent de la radicalisation du discours d'une partie de la droite française jusqu'à se dissoudre dans la logique acide de sa pensée bilieuse. Et il serait plus juste de parler d'une banalisation du discours extrémiste des hommes politiques et des élus de droite plutôt que d'extrapoler les intentions de vote des Français en prétextant la façon affligeante avec laquelle les droites de tout pays n'ont de cesse de crotter leurs sabots dans la boue de l'oligarchie en ratissant large. Une nouvelle droite est née, ou plutôt, est ressuscitée des cendres du fumier de la Révolution française grâce à une alchimie qui fonctionne toujours devant ses atavismes légitimistes. En France, des hystériques ayant fréquenté des groupuscules d'extrême droite dans leur jeunesse (14) se sont emparé de la parole et de l'audience et parlent au nom du Peuple en détermination de ses intérêts, et ceci, de façon tyrannique. Ces individus tiennent des propos inadmissibles et inconcevables dans une démocratie en usurpant la liberté d'expression pour mieux s'approprier la conscience des Français, pendant que la presse internationale expose à la Une de sinistres ministres de la République, non élus, imiter le discours lepeniste, se comporter en soudard de la Justice, prendre le pouvoir au Parlement ! Et si l'on traite les gens de sous-homme sous l'étiquette socialiste, si les politiques migratoires s'inspirent des préceptes nazis (15) tandis que le Peuple apparaît de plus en plus ignoré par un exécutif unitaire complètement « autonomisé » de l'opinion publique qui aspire légitimement à autre chose que cette faillite crapuleuse. ... Et loin de sombrer dans le piège grossier que les néolibéraux dressent devant la contestation française, l'électeur de ce pays non seulement est capable de comprendre que ce nain des Carpates mène avec le pen, le même combat (16) mais il le fera savoir en 2007 de façon responsable, c'est à dire en montrant la porte à ces pouacres néolibéraux qui gangrènent depuis trente ans sa culture...



    1. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-04-17-billet-330373.html
    2. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-01-12-billet-273937.html
    3. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-01-08-billet-272032.html
    4. On peut se poser la question légitime de savoir pourquoi les immigrés qui vivent depuis des années en France et y travaillent n'ont pas le droit de participer aux élections, alors que des gens qui passent leur temps à torpiller notre modèle ne vivant pas en France, ne participant à aucun effort de la Nation disposent, eux, du droit de vote pour le mette à la disposition des ennemis de leur pays. Je propose que l'on retire purement et simplement le droit de vote à ces traitres assimilables, pour reprendre l'expression bushienne, à des « combattants ennemis » de la France.
    5. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-02-28-billet-300056.html

    6. http://www.robert-schuman.org/oee/pologne/presidentielle/resultat2.htm
    7. http://www.boursier.com/vals/all/elections-communales-en-belgique-un-test-pour-l-extreme-droite-feed-16411.htm
    8. http://www.ledevoir.com/2005/02/14/74831.html
    9. http://web.amnesty.org/library/Index/FRAEUR460222006?open&of=FRA-346
    10. http://www.info-turc.org/article2177.html
    11. Le rapport de la Commission nationale consultative des Droits de l'homme fait état en 2005 d'une « diminution globale importante des actes racistes portés à la connaissance des autorités, et d'une baisse encore plus sensible des actes antisémites »
    12. « Enfin les cités de la Nouvelle-Orléans ont été nettoyées; ce que nous
    n'avons pas su faire, Dieu s'en est chargé. » Déclaration du célèbre républicain louisianais R. Baker.
    13. http://tf1.lci.fr/infos/france/0,,3305956,00.html
    14. http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2020614138/403-1099637-1258824
    15. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-05-02-billet-340400.html
    16.
    http://www.reponseatout.com/article.php3?id_article=1434 ou http://sondages.nouvelobs.com/cgi/affsondage.pl?SONDAGE=000164 pour ceux qui s'intéressent aux sondages des internautes (+ de 2400 votants)


    votre commentaire
  • Mes chers amis, il y a quelques jours, François Bayrou dénonçait les médias de masse dominé par la concentration économique et le pouvoir de l'argent (*) : depuis des années, entraînés dans la mondialisation néolibérale, les organes de presse subissent une concentration qui génère des géants capables d'orchestrer de gigantesques campagnes de désinformation à l'échelle nationale, et cette situation soulève un problème majeur pour le devenir de notre démocratie.

    A l'instar de la campagne anti-noniste à laquelle se livra la presse française à l'occasion du référendum communautaire, les médias de masse pratiquent la désinformation, réduit comme de vulgaires manipulateurs à s'adonner à de vielles pratiques fumeuses. Ce quatrième pouvoir parvenu au bout de sa logique néolibérale, aspiré par elle depuis près de 20 ans au fond d'un entonnoir qui l'étouffe – ces médias qui n'ont de cesse de manipuler aux exemples quotidiens de la presse écrite, lors de programmes lamentables auxquels le salarié rompu est assujetti en prime-time, pendant les JT surtout, toutes chaînes confondues sans la moindre exception ...



    Mes chers amis, la presse défenderesse des libertés agonise; la presse quatrième pouvoir, la presse contre-pouvoir est au plus mal, elle expire. Aujourd'hui, la quasi totalité des organes de communication sont à la botte du marché. Nous assistons à la complicité d'un pouvoir vidé de sa substance, poussé par la victoire du capitalisme financier sur le capitalisme productif a survivre honteusement grâce à une spéculation hystérique : la surenchère, la bourse, la publicité, l'audimat, la concentration économique, le succès, l'opportunité, le profit; beaucoup de risques mais beaucoup de fric à la clef, mais aussi l'imposture, mais aussi l'information travestie, partout la démocratie en danger, la liberté bafouée.



    C'est un pouvoir inimaginable agissant sur la conscience des opinions publiques qui est désormais détenu par ces entités économiques à vocation mondiale, à stratégie globale - globalisation, pacification sociale, uniformisme - dont l'influence dans les affaires de la planète se trouve très souvent plus efficace que celui des Etats affaiblis, des hommes politiques médiocres, sans ambition, polis comme le sont souvent les faux-vertueux, vaincus par un implacable darwinisme triomphant.



    Ces groupes de communication sont propriétaires de stations de radio, de presses écrites, de chaînes de télévision mais aussi, détenteurs des outils de l'Internet les plus performants, contrôlant tout ce que nous lisons, tout ce nous voyons, tout ce que nous entendons et diffusant leur sape au moyen de tous les canaux existants. Ces colosses deviennent de la sorte, par leur puissance économique, par la force de leur conviction, les protagonistes essentiels de la globalisation libérale. La mondialisation des médias nous étouffe, elle nous prive de réflexion, nous assomme de nouvelles sans intérêt, elles nous matraque, nous affole de façon déraisonnable, elle s'auto-censure quand elle devrait nous interpeller, journalistes complaisants qui participent à cette pantalonnade de liberté en exprimant sournoisement leurs élucubrations introverties, à taire les injustices les plus évidentes, chattering-class n'ayant jamais aussi bien servie le pouvoir et le courant néolibéral, enlisée dans l'audimat, la course à la productivité du futile, de l'inutile et cette situation est à la fois intenable et impossible ... C'est un mensonge, une illusion, un cauchemar d'une réalité fantôme entièrement reconstituée, virtuelle qui ne peut pas perdurer.



    De toute cette merde, il résulte le duel Sarkosy-Royal, la pire des alternatives pour notre modèle, comme si les Français ne pouvaient que subir fatalistes les termes de cette alternative, un choix posé de fait devant lequel ils seraient contrains de se prononcer ... Quelle erreur d'imaginer gagnante une stratégie aussi vile qu'illusoire ...







    *. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-02-28-billet-300056.html
    http://suchablog.com/index.php?2005/11/20/712-fox-news-bill-o-reilly
    http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-04-17-billet-330373.html
    -on lira aussi chez le monde diplomatique
    http://www.monde-diplomatique.fr/recherche?s=media+et+pouvoir
    http://www.monde-diplomatique.fr/2004/12/BALBASTRE/11719?var_recherche=media%20concentraion






    votre commentaire
  • Mes chers amis, l'autre jour, lors de la soirée Thema diffusée sur la chaîne anti-française ARTE, j'ai entendu un ancien mineur anglais de la vallée de la Dearne expliquer la chose suivante : « Avant, nous travaillions sept heures par jour, maintenant nos journées de travail sont de douze heures; nous n'avons pas eu le choix, il a fallu s'adapter». J'écoutais ce discours surréaliste, écoeuré par le titre du reportage de Ted Anspach - un reportage intitulé « Un monde nouveau arrive » et qu'il serait honnête de titrer « Un monde archaïque prend sa revanche » - Un reportage orienté disais-je, une caricature grossière sans autre ambition que de sacraliser le renoncement devant le libre arbitre, que de justifier la résignation face au respect du plus élémentaire des droits de l'homme : le droit à la dignité bafoué au nom de la lutte contre le chômage. Je remarquais l'apologie du thatchérisme auquel Daniel Leconte se livra dans son émission, non sans s'approprier le vocable des hommes de progrès pour porter sans la moindre preuve de graves accusations à l'encontre du modèle français : Un modèle d'archaïsme, d'immobilisme rempli d'assistés, exposé non comme un argument ou l'opinion d'un libre penseur, mais comme une estocade, comme une preuve, comme une évidence qui devrait raisonnablement apparaître à tous. Monsieur Daniel Leconte à confondu son pastiche néolibéral de pseudo journaliste avec une honnête analyse objective.

    Et comme preuve irréfutable des « effets bénéfiques » du thatchérisme : la création d'emplois, ou plutôt de sous-emplois. Comme si la création d'emplois était synonyme de richesse pour ceux que l'on prostitue depuis 25 ans sur les trottoirs de la flexibilité ! Quelle provocation malhonnête de taire les sacrifices incommensurables qu'ont du consentir les habitants du Yorkshire en terme de dégradations de revenus, de protection sociale, de conditions de travail, de santé, d’éducation, de logement; en terme de qualité de vie tout bonnement. De sorte que la seule preuve de la réussite de cette politique hystérique est à chercher dans l'insolence vulgaire des capitalistes financiers et non dans la débauche tragique de ce qu'il à lieu de qualifier de barbarie moderne. Une barbarie collective qui ne fut possible qu'avec la bénédiction de l'opinion publique anglaise. C'est le problème des Anglais de ne pas être fraternels pas celui des Français ! Et belle réussite en somme que la sinistre tronche de ces reconverties à l'économie de marché qui, au lieu d'afficher joyeusement leur gueule de vainqueur, semblaient porter sur leur figure blafarde le poids de toute la misère du monde. Des tronches d'anorexiques ! Voilà le témoignage vivant des personnages filmés par Monsieur Ted Anspach dans son reportage.

    Mes chers amis, les néolibéraux sont décomplexés. Ils s'approprient nos valeurs et nos mots pour légitimer leur théorie nazillarde. Dorénavant, réussir : c'est être ni noble, ni joyeux, simplement tranparent... c'est être un survivant désinhiber et déculpabilisé devant les ravages de l'utopie capitaliste... Pacification sociale et inflexion des prétentions obligent; négociation de concession et mise au pas de toute ambition préfigurent le consentement tacite de l'homme « moderne » à entrer docilement dans le rang dans l'espoir vain d'échapper au pire à venir dont on ne cesse de le menacer. Le rationnel comme outil de censure. Le rationnel pour conduire l'homme à s'abandonner à la clémence des dominants. Le rationnel pour justifier l'ordre nécessaire des choses. Le darwinisme social et économique comme modèle quitte à ériger devant l'extraordinaire créativité de l'âme un mur de préjugés qui lui ferait obstacle, qu'un dogme de la pensée interdirait de franchir à peine d'hérésie communiste.

    Et les néolibéraux de nous convaincre que réfléchir nuit, qu'il est superflu de penser. Penser mais à quoi bon ?! Concentrons-nous plutôt sur le résultat : le succès, la consommant du réel avide comme signe de réussite sociale. Persuadons-nous de la futilité de l'existence. Ignorez l'avenir, ne songez qu'à conserver une place honorable dans le peloton qui s'ébranle. Vivre l'instant même insipide; vivre injustement. Ne chevaucher aucun rêve. En aucun cas s'illusionner. Ne rien construire dans l'enthousiasme collectif car l'idéal est une tare de l'humanisme .. L'idéal attise les passions et conduit l'homme à l'irréparable ... L'idéal est dangereux et comme preuve : le nazisme, le communisme, l'islamisme mais le néolibéralisme non, le modèle Wal-Mart non ... la précarité non ... l'opiniâtreté du Premier ministre non ... la guerre de Bush contre le Mal non !

    Les néolibéraux disaient : faites l'Europe, vous aurez la paix ! Jamais nous n'avons été si éloigné de nos amis européens. Le sont-ils encore du reste - nos amis - voilà une question légitime. Ils disaient : faites l'Euro, vous serez plus riches ! Jamais nous n'avons été si pauvres. Nous disons : la coupe est pleine ! Ils répondent : épidémie populiste, jacquerie, la démocratie otage de la rue...

    Mes chers amis, rêver, ce n'est pas penser dans un aquarium. Rêver n'est pas contre-nature au contraire. Rêver enrichit le sens de la vie parce cet état bouleverse l'esprit en le propulsant hors du corps. Rêver, c'est comme jaillir, c'est sortir de soi et se projeter dans le futur. Les utopies d'aujourd'hui seront les réalités de demain. C'est en rêvant que l'être se prolonge, qu'il s'accroît pour accoucher d'un être nouveau et inconnu du matérialiste naïf. Entre la liberté dans la fatalité de la précarité et une déception possible, pourquoi choisir la pire des solutions ?

    Et à défaut de rêve, l'ambition prend le relais et quelles ambitions pour les néolibéraux ? En 2000, au cours du sommet du Millénaire tenu à l'ONU, ils ont déclaré que « le seul objectif réaliste, à une échéance opérationnelle – l’année 2015 –, est la réduction de moitié du nombre de personnes « extrêmement pauvres »! c'est à dire 650 millions en laissant pour compte les 2 milliards de « simples » pauvres, si l'on peut dire, vivant avec moins de 2 euros par jour. Quoi ! c'est ça l'ambition de ces réformateurs donneurs de leçon ...? Franchement c'est complètement nul !

     

    Mes chers amis, ne vous laissez pas distancer car un spectre rode : La précarité. C'est comme le sida, ça n'arrive qu'aux autres. Le remède est un placebo; pour que ça fonctionne, il faut y croire. Choisissez entre une vie de labeur - de 14 à 70 ans - ou une mort sociale dans la clochardisation de la rébellion. Tous les matins je croise Bachir, un clodo qui traîne au pied d'une église désaffectée de la rue Bédarride à Aix. L'autre jour je lui ai dis : « Bachir tu es ivre du matin au soir, arrête de boire, si tu continues, tu vas mourir! » Puis la réalité soudain en un instant de raison; cette fameuse réalité dont nous serions aveugles à la voir est apparue à moi ... non comme un rêve mais comme un cauchemar. Il y a bien longtemps que Bachir est mort ... j'étais seul à parler à un cadavre.. les mêmes cadavres que Monsieur Ted Anspach a fait parler dans son reportage d'un monde ignorant que nous abominons et que ce monsieur espère instaurer en France en appelant cela « Réformer ». Monsieur Ted Anspach aura besoin de beaucoup de courage pour affronter les « couillons » comme moi, non pour l'attaquer mais résolument pour défendre un modèle imparfait, certes, mais fidèle à l'idée que nous nous faisons du progrès, une idée incompatible avec le fatalisme néolibéral que le mal de vivre des hommes d'aujourd'hui condamne sans appel ...



    votre commentaire