• C
    hers amis, chers électeurs, depuis 1992, sous l'égide de l'ONU, une journée mondiale de la misère est organisée afin de permettre à chacun de nous de réfléchir et d'agir pour faire reculer l'océan de misère qui accable les hommes de tout continent. Dans son numéro 3, « Résistances », journal gratuit du refus de la misère, propose un campagne publique étendue sur une année intitulée « Justice et fraternité, ensemble contre l'exclusion » destinée à promouvoir les politiques mettant l'homme au coeur de tout projet de société en prenant le pari que nous serons plus 1 million, le 17 octobre 2006, à avoir dit oui à plus de justice et de fraternité, à défendre l'idée selon laquelle l'accès aux droits fondamentaux devienne la priorité des politiques publiques (nous y reviendrons tout au long de l'année). Songez, qu'en France, par exemple, 3 millions de personnes sont sans logement ou mal logées, 1 million d'enfants, chez nous, vivent dans la grande pauvreté, (sources observatoire de la grande pauvreté) 3 millions de personnes sont dépourvues de couverture maladie complémentaire. Par ailleurs, 4 médecins sur 10 refusent les bénéficiaires de la CMU (sources Médecins du monde ).


    Chers amis, chers électeurs, je n'ai qu'une exigence : Que l'on m'explique les choses simplement, que l'on réponde des questions légitimes. Pourquoi une société occidentale n'ayant jamais été aussi puissante, n'ayant jamais produite autant de richesses (1) est-elle incapable de maintenir le niveau de vie des individus qui la compose alors qu'elle a pu le faire, pendant des décennies, lorsqu'elle était moins riche, quand son PIB était bien plus faible, quand elle était menacée, et quand elle était moins démocratique ...? N'est-il pas légitime de se demander à quoi peut servir de produire autant de richesses dans un système qui s'enrichit en créant de la pauvreté ...?


    Dans le monde, en 50 ans, la production de maïs s'est accrue de 240 %, la production de riz a grimpé de 175%, la quantité de volailles et de bétail destinés à la consommation est 8 fois supérieure à celle des habitants de la planète. A l'échelle mondiale, tous les économistes affirment que les disponibilités agricoles sont largement supérieures à la demande. En 50 ans, le P.I.B. des USA a été multiplié par 3.3, celui de la Grande-Bretagne par 2.8, celui de l'Allemagne par 6, celui de la France par 9.9 ! et celui du Japon par 23.3 ! Rien qu'en 30 ans, le capitalisme à permis de multiplier par 4 le pouvoir d'achat. Alors pourquoi depuis les années 80, c'est à dire depuis que les étasuniens ont décidé de changer les règles du jeu capitaliste ces progrès sont pannes ? Pourquoi demande t-on plus aux salariés alors que depuis 50 ans les progrès de l'éducation et de la formation de la main d'oeuvre sont considérables avec un niveau de qualification jamais atteint ?


    Nous ne sommes pas en crise parce que dans les années 50 le taux de croissance était de 4 à 5 %; en 1950 le PIB par habitant était de 23.275 dollars par habitant avec une croissance de 4,8%, c'est à dire exactement la même valeur absolue qu'en 1994 pour une croissance de 1,6%. Quand on sait que pendant la Révolution industrielle du XIXème siècle les taux de croissance étaient de moins de 2%, il est clair qu'avec des taux inférieurs nous créons aujourd'hui autant de richesses sinon plus qu'il y a 40 ans. Le fantôme de la réalité néolibérale accable le pays, neutralise la réflexion et l'action alternative.
    Le martinet libéral flagelle constamment l'individu en le tenant dans un état de panique permanente, il l'encourage à l'égoïsme et à la prévarication à la périphérie de la barbarie dans un carcan de société où la Liberté, la Justice sont devenues chimères, où l'évocation de la Fraternité passe pour ridicule. La réalité néolibérale nous pousse au bord de la fenêtre et nous ne cessons de tomber avec elle.Les gens s'appauvrissent et on leur explique qu'ils sont encore trop riches. On prétend qu'ils vivent au dessus de leur moyens. Nous subissons tous, sans exception, le pire dont on nous menace... Les néolibéraux n'ont pas de religion; ils n'ont pas de pays; ils n'ont pas de morale, encore moins d'éthique; ils s'adonnent à un festin de réel qu'ils consomment avec avidité en s'étonnant de le trouver immangeable.


    Nous ne sortirons pas de cette crise majeure sans réitérer sans ambiguïté et, surtout, sans démagogie notre attachement à des valeurs fondamentales sur lesquelles nous ne transigerons pas. Nous devons établir nos politiques en fonction du respect de ces principes de vie... Nous devons le faire rapidement, dès maintenant, sans même attendre 2007. Nous devons exiger immédiatement que ce gouvernement cesse de saboter notre modèle et nos institutions. Car ce gouvernement et ce pitre de Chirac doivent se soumettre à la volonté du Peuple ou se démettre. Nous devons penser, chers amis, chers électeurs, penser à une alternative à ce capitalisme fascisant, et penser dans l'immédiat, c'est dire Non (2). Nous devons dire Non sinon nous finirons par faire semblant de croire à la Liberté et à la Justice, comme les étasuniens, ou par ne plus savoir à quoi nous croyons comme les nihilistes qui nous gouvernent .


    Dans quelques mois, la France élira son Président pour 5 ans,  une pétition sous forme de lettre existe qui sera adressée par "Résistances" aux candidats officiels dès qu'ils seront connus. (texte à copier ici http://www.jeresiste.org/jeresiste/article.php3?id_article=128 . Signez cette pétition car chacun peut agir avec ses moyens pour faire évoluer les choses vers plus de justice et moins de misère. Adressez-la au journal "Résistances"  resistances@atd-quartmonde.org ... merçi ....


    1 http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-02-07-billet-288023.html 
    http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-11-29-billet-249651.html
    http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-09-10-billet-432024.html


    2 http://www.blogg.org/blog-31810-date-2005-11-28-billet-248924.html


    4 commentaires
  • Chers amis, chers électeurs, les néolibéraux s'évertuent à considérer l'état providence comme le pire des modèle économiques, alors que beaucoup d'Européens, en particulier en France, pensent différemment. Le lutin contestataire Demos en est fort désolé pour la réalité économique que les néolibéraux nous fourguent sous le prétexte misérablement fataliste du réalisme économique. Les Étasuniens, emblématique ramassis d'égoïstes glucosés et irresponsables, n'ont pas toujours fait du capitalisme sauvage. Ils ont fait du keynésianisme pendant plus de 50 ans. C'est à dire de 1929 à l'arrivée de Reagan, et ils s'en sont mis plein les poches ! Cette Amérique là, pouvait prétendre au rêve américain car à l'époque la productivité profitait à tous.

    Sur les 200 ans d'existence des USA, les décideurs étasuniens ont fait du libéralisme quand l'Europe faisait du libéralisme et du keynésianisme quand l'Europe faisait du keynésianisme  (peut importe qui l'imposait à l'autre) Il n'y a que depuis les années 80 que les étasuniens ont entraîné le monde dans le capitalisme radical. Trente années de libéralisation de l'économie crescendo pour aboutir à un désastre hilarant s'il n'entraînait derrière lui son cortège d'injustices et de victimes innocentes. En Europe, la belle idée européenne sur laquelle notre pays a constamment fondé ses espoirs, cette idée d'une Europe des Peuples put le fric. L'Afrique crève de faim. L'apocalypse règne au Moyen-Orient, la société étasunienne est en pleine décadence ... Comment espère t-elle atténuer les contradictions qui l'affaiblissent creusant un abîme en son sein à l'image de nos civilisations occidentales ..? Que les néolibéraux cessent de nous racontez leur balivernes. Tout le monde connaît, à présent, les raisons qui ont décidé l'administration Bush d'envahir l'Irak, Tout le monde a compris qu'on torture au nom de la liberté. Tout le monde a vu le traitement infligé aux pauvres de Louisiane; la violence et l'insécurité inouïe dans laquelle l'individualisme, l'égoïsme et la révolte des exclus ont entraîné cette société débile. Tout le monde s'est aperçu que les étasuniens font cavaliers seuls, et qu'ils n'offrent aucune autre alternative aux Etats indépendants que d'être leur vassaux ou leur ennemi.


    Pourquoi cet acharnement ? Comment un individu tel que Bush a t-il pu parvenir à la tête de la plus grande de démocratie au monde ? Pourquoi cette montée du radicalisme religieux tant chez le musulman que le chrétien américain ? N'y a t-il pas là le signe d'une détresse tant chez l'Arabe humilié que chez le noir africain affamé ou l'étasunien isolé dans un modèle matérialiste qui ne défend plus d'autre valeur que la réussite sociale et l'argent ? Les hommes n'ont-ils pas comme point commun la nécessité de croire en quelque chose, quelque chose d'autre, quelque chose qui pourrait être différent..? Ce besoin vital échappe manifestement aux néolibéraux et nous sépare car il y a là des questions fondamentales qui transcendent de loin leur bilan de comptable poussiéreux, et sur  lesquelles nous devons débattre dans l'intérêt de la pérennité de nos civilisations communes.La réalité que j'évoque est emblématique du reproche que font les néolibéraux du monde entier aux Français de trop "réfléchir" Comme si l'on pouvait impunément reprocher aux gens de trop penser !A ce sujet le lutin contestataire Demos invite ceux qui en ont encore envie à méditer sur une pensée de Shakespeare : «La réalité est faite de l'étoffe de nos songes»Toute la philosophie n'est qu'une méditation de Shakespeare a dit aussi Emmanuel Levinas avec, j'en suis profondément convaincu, beaucoup de raisonnement et de justesse....


    7 commentaires
  • Chers amis, chers électeurs, il y a des questions qui brûlent les lèvres et d'autres qui consument les esprits car réfléchir est une gymnastique résolument périlleuse même si la prime d'assurance couvrant la presse internationale contre le risque de pensées sinistres est en passe de devenir exorbitante. En ces temps d'illusion du triomphe néolibéral, notre pays est exposé publiquement à la vindicte des journalistes de complaisance, (1) cette chattering-class n'ayant jamais aussi bien servie le pouvoir et le courant néolibéral enlisée dans l'audimat. Notre pays est métastasé de l'intérieur par une nouvelle droite inconnue depuis la trahison pétainiste, (2) une droite soutenue à l'étranger par les USA, son bras armé, (3) et une poignée de nationaux expatriés qui laminent de loin, parvenue au faîte du snobisme anti-Français et de la bêtise épaisse ...(4)


    Dans son numéro 832, l'hebdomadaire « Courrier international » a publié un dossier lamentable à vocation mystique, plus proche d'une consultation de cartomancienne que d'une production journalistique attestant, de nouveau, à quel point les médias de masse, y compris français, à la botte de leur conseil d'administration, s'évertuent à travestir la réalité politique française, en creusant par leur hypocrisie, un abîme d'incompréhension dans leur opinion publique respective.(5) Un dossier titré sournoisement « Le pen n'est pas isolé en Europe », coucherie indécente sur la photo d'un militant néonazi lors d'un rassemblement à Berlin (le tout en couverture SVP!) L'ensemble de ce torchon est constitué d'articles bricolés de la presse internationale et s'articule autour d'une évidence : la recrudescence de l'extrême droite dans toute l'Europe, et d'une révélation : la France apparaît comme le moteur de cette radicalisation ! Dans un journal londonien, on peut lire que la nouvelle Europe radicale et contestataire est devenue une « petite France », c'est à dire une « France antilibérale qui favorise les populistes de gauche et de droite ».


    Voyez comment, au moment où l'Europe présente des signes institutionnels et électoraux d'un renforcement de l'extrême droite, les médias de masse opposent les sondages et les prospection futuristes pour expliquer que notre contestation d'un modèle néolibéral nourri de la misère d'autrui, parvenu au bord d'un conflit de civilisation majeur, cette contestation légitime est, en réalité, une contestation antilibérale d'obédience extrémiste ... Ces nouveaux-tondus croient nous faire gober ce discours affligeant ! Je prétends que l'opinion publique française est probablement celle qui résiste le mieux, en Europe, à cette dérive radicale orchestrée par une droite sectaire et apocalyptique cherchant en vain à nous effrayer, et que nous ne tarderons pas à abattre sans pitié.


    Nous supportons, certes, depuis 11 ans un âne bâté à la tête de l'Etat, mais nous avons échappé au parjure de l'invasion irakienne, nous avons échappé, pour l'instant, au « renouveau moral » du président polonais Kaczynski, (6) aucun parti d'extrême droite n'est en passe de provoquer une sécession territoriale comme en Belgique flamande,(7) aucun militant néonazi ne se ballade en vociférant dans les rue de Paris comme en Allemagne ou aux USA, (8) on n'y lynche pas les noirs comme en Russie (9), les turcs comme à Londres, (10) tandis que la délinquance raciste est sensiblement en baisse dans notre pays (11) ou l'on assassine pas encore les journalistes comme à Moscou, ou l'on ne risque pas de voir l'extrême droite orchestré une guerre civile comme en Hongrie – tout au plus – l'extrême droite française est-elle capable de généré un débile armé d'une carabine à plombs dans l'espoir de commettre l'infraction impossible; nous n'avons, enfin, jamais entendu un élu remercier Dieu d'avoir provoqué un ouragan meurtrier (12)


    Considérer et promouvoir l'idée farfelue que la France se radicalise parce que 36% des Français « pronostiquent » ou «voient «  le pen au second tour des élections de 2007 ne fait pas de la France un pays d'extrémistes puisque 63% se déclarent « sûrs de ne pas voter pour lui » et ne le souhaitent pas comme président; et que 83% le considère dur et brutal , 81% "raciste", et 53% "démagogique".(13). Ça fait une différence ! En 1933, devant la crise de la civilisation de l'entre-deux guerre, les Allemands choisirent Hitler, quand les Français descendirent dans les rues pour contrer la tentative de coups d'état de l'extrême droite française en 1934, ils optaient pour les congés payés en 1936. Et quand 25 540 873 Français ont porté Chirac président avec 82,21 % des suffrages, ils n'ont certainement pas encouragé les électeurs polonais, slovaques, belge ou hongrois d'élire des radicaux incontrôlables et farouchement opposé à la construction européenne...


    Ces sondages, qui servent de propagande aux ennemis de la France, ne reflètent rien de plus que les angoisses nourries par les médias de masse désireux d'affoler l'opinion tandis que les néocapitalistes se délectent et s'enrichissent de cette politique de démolition. Ces sondages témoignent de la radicalisation du discours d'une partie de la droite française jusqu'à se dissoudre dans la logique acide de sa pensée bilieuse. Et il serait plus juste de parler d'une banalisation du discours extrémiste des hommes politiques et des élus de droite plutôt que d'extrapoler les intentions de vote des Français en prétextant la façon affligeante avec laquelle les droites de tout pays n'ont de cesse de crotter leurs sabots dans la boue de l'oligarchie en ratissant large. Une nouvelle droite est née, ou plutôt, est ressuscitée des cendres du fumier de la Révolution française grâce à une alchimie qui fonctionne toujours devant ses atavismes légitimistes. En France, des hystériques ayant fréquenté des groupuscules d'extrême droite dans leur jeunesse (14) se sont emparé de la parole et de l'audience et parlent au nom du Peuple en détermination de ses intérêts, et ceci, de façon tyrannique. Ces individus tiennent des propos inadmissibles et inconcevables dans une démocratie en usurpant la liberté d'expression pour mieux s'approprier la conscience des Français, pendant que la presse internationale expose à la Une de sinistres ministres de la République, non élus, imiter le discours lepeniste, se comporter en soudard de la Justice, prendre le pouvoir au Parlement ! Et si l'on traite les gens de sous-homme sous l'étiquette socialiste, si les politiques migratoires s'inspirent des préceptes nazis (15) tandis que le Peuple apparaît de plus en plus ignoré par un exécutif unitaire complètement « autonomisé » de l'opinion publique qui aspire légitimement à autre chose que cette faillite crapuleuse. ... Et loin de sombrer dans le piège grossier que les néolibéraux dressent devant la contestation française, l'électeur de ce pays non seulement est capable de comprendre que ce nain des Carpates mène avec le pen, le même combat (16) mais il le fera savoir en 2007 de façon responsable, c'est à dire en montrant la porte à ces pouacres néolibéraux qui gangrènent depuis trente ans sa culture...



    1. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-04-17-billet-330373.html
    2. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-01-12-billet-273937.html
    3. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-01-08-billet-272032.html
    4. On peut se poser la question légitime de savoir pourquoi les immigrés qui vivent depuis des années en France et y travaillent n'ont pas le droit de participer aux élections, alors que des gens qui passent leur temps à torpiller notre modèle ne vivant pas en France, ne participant à aucun effort de la Nation disposent, eux, du droit de vote pour le mette à la disposition des ennemis de leur pays. Je propose que l'on retire purement et simplement le droit de vote à ces traitres assimilables, pour reprendre l'expression bushienne, à des « combattants ennemis » de la France.
    5. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-02-28-billet-300056.html

    6. http://www.robert-schuman.org/oee/pologne/presidentielle/resultat2.htm
    7. http://www.boursier.com/vals/all/elections-communales-en-belgique-un-test-pour-l-extreme-droite-feed-16411.htm
    8. http://www.ledevoir.com/2005/02/14/74831.html
    9. http://web.amnesty.org/library/Index/FRAEUR460222006?open&of=FRA-346
    10. http://www.info-turc.org/article2177.html
    11. Le rapport de la Commission nationale consultative des Droits de l'homme fait état en 2005 d'une « diminution globale importante des actes racistes portés à la connaissance des autorités, et d'une baisse encore plus sensible des actes antisémites »
    12. « Enfin les cités de la Nouvelle-Orléans ont été nettoyées; ce que nous
    n'avons pas su faire, Dieu s'en est chargé. » Déclaration du célèbre républicain louisianais R. Baker.
    13. http://tf1.lci.fr/infos/france/0,,3305956,00.html
    14. http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2020614138/403-1099637-1258824
    15. http://www.blogg.org/blog-31810-date-2006-05-02-billet-340400.html
    16.
    http://www.reponseatout.com/article.php3?id_article=1434 ou http://sondages.nouvelobs.com/cgi/affsondage.pl?SONDAGE=000164 pour ceux qui s'intéressent aux sondages des internautes (+ de 2400 votants)


    votre commentaire
  • Chers amis,chers électeurs, le capitalisme a crée le consommateur comme il a crée le prolétaire.
    Au tout début, à l'époque de Fernandel, le consommateur était totalement désinformé, les vendeurs lui fourguer un peu n'importe quoi et il souriait bêtement, heureux comme un consommateur obésicain repus de glucose avachi devant son sitcom débile...
    Le consommateur ne voyait que du feu aux turpitudes des faiseurs de réclames et autres vendeurs de casseroles. Il demeurait sans pouvoir, c'était un lutin isolé.


    Aujourd'hui, le droit de la consommation (le notre) est un des plus protecteur des pays industrialisés. Il tient compte impérativement du respect du principe de la liberté du commerce et de la nécessaire protection de la santé publique (bien qu'il y ait encore beaucoup de progrès à réaliser)
    Le consommateur français est devenu le plus exigeant de la planète. Il est le mieux informé et le mieux armé tant sur le plan juridique que sur le plan associatif et individuel.


    Quand il prendra conscience que son pouvoir est immense, (car son pouvoir est immense : sans lui plus de marché); je dis qu'il boycottera certaines entreprises indésirables.
    Lorsque ces entreprises constateront à quel point certaines de leurs décisions motivées de considérations abusivement mercantiles jouent en leur défaveur, elles seront bien obligées, bon gré mal gré, de modifier leur stratégie de vente et de développement.


    Ainsi, le consommateur et le citoyen vont s'entremêler dans une sorte de dialectique pour donner naissance à un citoyen-consommateur ( le consomm'acteur) capable de changer la donne (commerce inéquitable, délocalisations sauvages, patrons voyous, entreprises pollueuses etc...)
    Là encore utopie ... Du tout : lucidité...


    3 commentaires
  •  

    http://www.dailymotion.com/visited/video/x20nv_johnny-hallyday-bourre-sur-france-3


     


    4 commentaires