• Un régime s'installe...

    Chers amis, chers futurs électeurs, les libertés publiques sont menacées dans notre pays. L'état d'urgence n'est qu'une suite d'atteintes aux droits fondamentaux entamée depuis au moins 20 ans qui trouve son apogée depuis les bombardements de New-york. Dans la foulée du Patriot Act obésicain, la loi Vaillant de 2001, élaborée sous le gouvernement minabiliste de L. Jospin, posa les fondations d'une construction sécuritaire que le ministre de la France, N. Sarkosy, s'apprête encore à fortifier (loi Perben 2002, loi Sarkosy 2003, Perden 2 en 2004, projet de loi contre le terrorisme dès 2005 à l'Assemblée etc...)  Tous ces textes visent à augmenter le pouvoir de police et à limiter le pouvoir de la Justice. N'avons nous pas entendu, un ministre de la République conseiller aux Parlementaires de ne pas saisir le Conseil constitutionnel lors du vote de l'état d'urgence afin d'échapper à la censure de la juridiction suprême..? Affligeant...


    Désormais, sans vrai débat et avec l'assentiment de presque tous, sont devenus légaux alors qu'ils ne l'étaient pas :


    les contrôles d'identité sauvages,
    les interrogatoires par vidéoconférence,
    la création d'infractions incompatibles avec le principe constitutionnel de la légalité des délits et des peines (infraction de "criminalité organisée" par exemple),
    la fouille de véhicules lors de "simple enquète préliminaire",
    le fichage et la conservation de données Internet relevant de la vie privée,
    l'anonymat du témoin qui transforme le citoyen en infame délateur,
    les prisons pour mineurs,
    les sanctions éducatives à partir de 10 ans,
    la rémunérations officielles des balances,
    l'étendu des cas de perquisition et d'écoutes téléphoniques,
    l'étendu du délai de rétention adminitratif,
    la justice privée et les milices.
    etc..


    On est bien loin de la loi "Sécurité et liberté" de 1981 qui avait soulevé un tolée !
    Nous en sommes au point où 11 des 24 propositions du Front national en matière de justice et de policie ont déjà été mises en application par les gouvernement Raffarin et de Villepin.
    C'est dire à quel point l'autoritarisme s'installe en France comme il s'installe partout où règne le carcan néolibéral.
    Voilà le constat : une "chaine pénale" pour reprendre l'expression du filou Sarko.
    Moins de pouvoir aux juges, plus à la police; moins de pouvoir à la loi, plus à l'exécutif.
    Ces moyens cohersitifs ne sont plus encadrés par le droit pénal.Ils visent tant les mouvements sociaux que l'action syndicale, les SDF que les prostitués, les Français que les étrangers ...  ils touchent tout le monde sans ostracisme. C'est un régime qui s'installe ...


    L'appel à la tolérance zéro fonctionne comme un leurre qui déplace l'intolérable injustice de nos sociétés néolibérales vers la peur d'un avenir encore plus sombre demain, menacer de plus de pire les individus pour mieux les tenir enfermer dans un carcan de concessions ...  Les néolibéraux exploitent nos peurs profondes pour nous diviser, prétendent agir dans le but de protéger le tissu social  alors que ce gouvernement de traitres le disloque, sabote notre économie, sape le moral des Français et nous prépare un XXIème siècle au fronton de  l'autoritarisme et de la vision de son prochain en un danger potentiel - Distiller la peur en détruisant la fraternité, distiller la peur pour agir sur les libertés, distiller la peur et creuser les inégalités, diviser pour régner ...

  • Commentaires

    1
    Jeudi 22 Décembre 2005 à 18:41
    heu...
    Je reste perplexe... Le problème est que si tu discutailles philo et psycho avec une partie du peuple... Elle te rit à la gueule et fait les pires conneries !... Et si tu décide d'être ferme... Ca fait un scandale... Entre nous : Ca fait pas mal de temps qu'on discutaille non ? Mais les solutions sont complexes.
    2
    Demos
    Vendredi 23 Décembre 2005 à 00:14
    Des solutions...
    Pour quels problèmes...?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :